Près d'Aix en Provence, une maison passive pour de grands errants.

À Luynes, une ancienne maison offre désormais 9 logements et des soins infirmiers à des personnes en errance dans un bâtiment rénové et passif.

24/09/2015

Le PACT des Bouches-du-Rhône, qui œuvre depuis 66 ans dans l’amélioration de l’habitat,  a réalisé cette opération et l’a confiée en gestion à l’association "Habitat Alternatif Social". "HAS" a pour vocation de " défendre par le droit au logement et par le droit à la santé la dignité des personnes les plus fragilisées ».

"Prytanes II" est une réalisation exemplaire de bâtiment passif comportant 9 studios, alliant tradition et modernité avec une structure en ossature bois, dont l'objectif est de favoriser la stabilisation sociale de grands errants et la sortie de leur situation d’urgence.

L'ensemble du bâtiment a été construit pour que les logements n’aient pas besoin de chauffage, et des charges très réduites : des façades principales orientées au sud, une isolation de haute qualité (en laine de bois), des menuiseries PVC triple vitrage,  une production d'eau chaude collective solaire, et une ventilation double flux qui peut chauffer le bâtiment si besoin.

Cette éco-construction ambitieuse à partir d'une bâtisse ancienne bénéficie du label Bâtiment Durable Méditerranée, sera bientôt certifiée Passivhaus, et a été financée en partie par la Fondation, dans le cadre de son programme "Toits d'abord".

L’opération est composée de 9 studios de 25 à 29 m2 et d'un espace de vie commun, animé par des résidents de Prytanes I, un projet similaire mitoyen de Prytanes II. Le temps d’hébergement n’est pas limité dans le temps, l’accompagnement se construit dans la durée. L’écologie est au cœur de l’accompagnement avec un jardin d’auto-production de fruits et de légumes à Prytanes I. Les personnes sont accueillies avec leur animal de compagnie, si elles en ont.

À l’habitat, sont associés un accès et un accompagnement aux soins (psychologique, psychiatrique et somatique) grâce à l’intervention d’"Equipes Mobiles Précarité" du secteur public, et un travail sur la réduction des risques liés aux addictions ; un partenariat avec le secteur privé est également en place. 2 médecins référents sur la commune interviennent régulièrement sur le site.