La Fondation ouvre une plateforme d'accompagnement aux droits à Montpellier.

Depuis le 7 mars, la Fondation a ouvert une plateforme inter-associative d'accompagnement aux droits liées à l'habitat, à Montpellier.

10/05/2016

Située en centre-ville, 11, rue Auguste Comte, à Montpellier, la plateforme d'accompagnement aux droits liées à l'habitat est animée par 5 bénévoles de la Fondation Abbé Pierre qui assurent une permanence téléphonique de 9 heures à 12 heures, du lundi au jeudi.

Point fort de cette plateforme téléphonique, rassembler en un même lieu 4 associations spécialisées dans les problèmatiques de logement (écoute, orientation, rendez-vous, référent social... tous les problèmes sont évoqués dans le dialogue).

 

UN numéro de téléphone : 04 67 12 86 25 - du lundi au jeudi

Questions et problèmes liés aux expulsions le lundi, rapports locatifs et impayés de charges le mardi, urgences et situations complexes le mercredi et enfin Droit au logement opposable (Dalo) le jeudi. Les permanences physiques se font chaque jour sur RV avec une équipe juriste associatif/bénévole de la Fondation Abbé Pierre.

Trois partenaires se sont associés à la Fondation qui a financé le projet pour animer la plateforme : les associations "Trait d'Union", "ADAGE-Maison du logement" et la CCLV, "Consommation Logement Cadre de Vie".

Rachel, salariée de l'association "Trait d'Union" est coordinatrice de la nouvelle structure. Juriste, elle avait eu l'occasion auparavant de travailler à Paris pendant deux ans, à la permanence téléphonique de l'Espace Solidarité Habitat.

"Ce que j'ai retrouvé ici, c'est la qualité de l'écoute et de l'effort pédagogique qui est fait en direction des personnes qui appellent. Reformuler avec eux leur situation, les aider à comprendre les démarches à faire, les rassurer... c'est déjà très précieux et les personnes sont extrêmement reconnaissantes.


De plus, ici à Montpellier, nous avons la chance de travailler avec 3 autres associations. C'est un plus car dès que nous avons une situation, l'aiguillage est immédiat. Les personnes ne sont pas ballotées d'un service à un autre. Nous sommes tous visibles et situés au même endroit.  Immédiatement, les connexions se font, les passerelles s'établissent.

Nous avons déjà résolu des situations difficiles, notamment celles de 3 personnes qui devaient être expulsées très rapidement après la trêve hivernale et qui ont pu rester dans leur logement social. Pouvoir répondre à la détresse et trouver une solution, c'est une force."

En plus  des permanences physiques sur rendez-vous, une écoute téléphonique a lieu tous les matins, de 9 heures à midi.